Fees & Opt-OutsFrais et Clause d’exemption

QPIRG is funded primarily through an opt-outable student fee levy. Below are a series of FAQs on how that fee works and why QPIRG opposes the online opt-out system

QPIRG is a student-run, student-funded social and environmental justice organization. QPIRG facilitates research opportunities for students that link them up with the broader Montreal community (through the Community University Research Exchange, the undergraduate student journal Convergence, an annual undergraduate conference Study in Action, an alternative resource library, and funding for summer research projects). QPIRG also empowers students to take action: by funding and supporting 20+ working groups, who take on different social and environmental issues in Montreal and Canada, by funding events on campus and in Montreal, by putting on event series such as Social Justice Days and Culture Shock, through organizing the alternative orientation (Rad Frosh), publishing School Schmool (an ad-free agenda and resource guide) and so much more! QPIRG has been responsible for such important milestones on McGill campus as initiating paper recycling in the 1990s, starting the first housing co-op for McGill students, and was integral in getting fair-trade coffee on campus.

As a member of QPIRG McGill, you can vote in our Annual General Meeting and run for the Board of Directors. You have access to a plethora of benefits, including: meeting space (QPIRG has three main meeting rooms available to any QPIRG member); support for your projects (QPIRG provides funding for one-time projects as well as for more sustained projects through Working Group funding); the largest alternative library in Montreal (we have over one thousand titles, including books, journals, magazines, DVDs and videos); training (our board, staff and working group members offer specific training on organizational management, media trainings, and a variety of workshops);  jobs (QPIRG McGill hires two work study students every year to coordinate the library and the CURE project, and three students in the summer to coordinate Rad Frosh and School Schmool) and much more!

Students first voted to approve a QPIRG fee-levy in 1989. Shortly thereafter, QPIRG adopted a refund system to enable students who do not wish to fund our organization to get their money back and thus rescind their membership rights. Students would come and collect their fees at the QPIRG offices, and this system functioned successfully for nineteen years.  In the fall of 2007, the McGill Administration unilaterally imposed an on-line opt-out system on Minerva, without consultation with QPIRG or any of the other affected student groups (including CKUT).  Since that time, QPIRG has consistently tried to negotiate with McGill to bring the refund system back under student control; to this date, McGill has not backed down from their position, despite numerous student votes asking them to do so (see below).

It discourages informed consent: The externally imposed system does not facilitate informed decisions– students can opt out of all opt-outable fees without ever finding out about the group from which they are choosing to rescind their membership. Regardless of how much outreach and publicity QPIRG and the other opt-outable groups do, it is very difficult to guarantee that students are fully informed before opting out. If students were able to speak to representatives from the affected organizations, they could make conscious and informed decisions about their student fees; these are the kinds of conversations we want to be having on campus.

Since McGill imposed on-line opt-outs on student groups, the number of students opting-out has increased significantly and across the board for all opt-outable fee-levy groups; there has been only a marginal (0.5 – 1.5%) difference in opt-out rates between QPIRG, CKUT, Referral Services (Nightline, Queer McGill, Union for Gender Empowerment) and Midnight Kitchen, indicating that students are blanket opting out, ie. opting out of all services. QPIRG continues to believe strongly in students being able to decide where their money goes; we simply want these decisions to be informed.

It undermines student democracy: Students have consistently voted to support QPIRG’s existence, whether through existence referenda (Winter 2007), a referendum for fee-levy groups to take back control over their opt-outs (Winter 2008), a GA motion for fee-levy groups to have control over their opt-outs (Fall 2007), and for a QPIRG fee-levy increase (Winter 2009). The McGill Administration has consistently ignored the student vote; QPIRG is committed to following through on students’ requests to have the system come back under student control.

Additionally, the Minerva on-line opt-out system makes it difficult for QPIRG to continue the work that the student body has mandated it to do, primarily because of the unregulated opt-out campaigning that occurs every semester. This campaign has used all kinds of tactics to convince students to opt out of our fee, from spreading misinformation about our organization, to trivializing our work by encouraging students to buy a beer and pizza with the money they would save from our fee. This kind of campaign, which is not accountable to any student or student organization, has serious consequences for an organization like QPIRG, and has very much been facilitated by an on-line opt-out system without any checks or balances. It is essentially as though QPIRG were forced into campaigning for its existence every single semester, without any rules to regulate the activities of the opt-out campaign.

QPIRG can no longer count on a secure base of funding with which to carry out its mandate– to continue supporting student events, projects, and working for social equality. With the externally imposed Minerva system, we have no way of predicting our budget (opt-outs fluctuate considerably from year to year), which makes it very difficult to plan the year’s activities and continue all of the important work we are doing on McGill campus and in the community.

McGill students have indicated over the past several years that they value a diverse, lively campus community.  Students recognize that education is more than what you learn in class – it’s about the people you meet and the experiences you have. From Rad Frosh to Social Justice Days to our working groups, QPIRG  is a crucial part of the campus experience for a large number of students– and for people in Montreal.  Being a member of the student community means that even if you personally don’t plan to use a service, you still believe in the right of other students to do so.  It’s like any publicly funded service, such as health care – you might not need or use it very often, but you wouldn’t deny it to someone who did.

Le GRIP est principalement financé par un prélèvement des frais étudiants doté d’une clause d’exemption. Voici une série de question fréquemment posées sur la façon dont ce prélèvement fonctionne et pourquoi le GRIP s’oppose à un système d’exemption accessible en ligne.

[Qu’est-ce que le GRIP?]

Le GRIP est une organisation de justice sociale et environnementale administrée et financé par les étudiants. Le GRIP facilite les possibilités de recherche pour les étudiants en créant les liens avec la communauté plus large de Montréal (au travers de L’Échange de recherche communauté-université (CURE), la revue étudiante de premier cycle: Convergence, une conférence annuelle de premier cycle: Études en Action, une bibliothèque de ressources alternatives, et le financement de projets de recherche l’été). Le GRIP permet également aux étudiants de s’impliquer concrètement: par le biais du financement et du soutien de plus de 20 groupes de travail, qui touchent sur ​​différents enjeux sociaux et environnementaux à Montréal et au Canada, en finançant des événements sur le campus et à Montréal, en organisant des séries d’événements récurrents tels que les Journées de Justice Sociale et Culture Shock, en organisant une orientation universitaire alternative (Rad Frosh), en publiant l’agenda d’école alternative: School Schmool (sans publicité et avec des ressources pour la recherche d’emploi) et bien plus encore! Le GRIP est responsable d’étapes importantes sur le campus de McGill telles que le début du recyclage de papier dans les années 1990, la création de la première coopérative pour les étudiants de l’Université McGill, et conjointement avec d’autres groupes l’obtention de café équitable sur le campus . [/ EXPANSION] [Expand En tant qu’étudiant, qu’est-ce que j’obtient avec ma contribution de $3,75? Quels sont les avantages d’être membre?]

En tant que membre du GRIP McGill, vous  pouvez voter dans notre assemblée générale annuelle et postuler pour le Conseil d’Administration. Vous avez accès à une multitude d’avantages, y compris: l’espace de réunion (GRIP a trois principales chambres de réunion disponibles à tout membre du GRIP); le soutien pour vos projets (GRIP fournit du financement pour des projets ponctuels ainsi que des projets plus durables grâce au financement des Groupes de travail); la plus grande bibliothèque de alternative à Montréal (nous avons plus d’un millier de titres, y compris des livres, revues, magazines, DVD et vidéos); formation (notre conseil d’administration, le personnel et les membres du groupe de travail proposent des formations spécifiques sur la gestion organisationnelle, les formations des médias, et une variété d’ateliers); emplois (GRIP McGill embauche deux étudiants en alternance travail-études chaque année pour coordonner la bibliothèque alternative et le projet CURE, et trois étudiants durant l’été afin de coordonner Rad Frosh et School Schmool) et bien plus encore! [/ EXPANSION] [Expand Quelle est l’histoire d’exemption de frais?]

Les étudiants de premier cycle ont voté afin d’approuver un prélèvement des frais étudiants  en 1989. Peu de temps après, le GRIP a adopté un système de remboursement pour permettre aux étudiants qui ne souhaitent pas financer notre organisation de récupérer leur argent et ainsi résilier leurs droits d’adhésion. Les étudiants doivent venir chercher leurs frais dans les bureaux du GRIP. Ce système a fonctionné avec succès pendant dix-neuf ans. À l’automne 2007, l’administration de McGill a imposé unilatéralement un système d’exemption des frais en ligne sur Minerva, sans consultation avec le GRIP ou d’autres groupes étudiants concernés (y compris CKUT). Depuis ce temps, le GRIP a toujours essayé de négocier avec McGill pour redonner le contrôle du système de remboursement dans les mains des étudiants; à ce jour, McGill n’est pas revenu sur sa position, malgré les nombreuses demandes de la part des étudiants. (voir ci-dessous). [/ EXPANSION] [EXPANSION Quel est le problème avec le système des exemptions des frais en ligne sur Minerva?]

Il décourage un consentement éclairé et informé: Le système qui nous a été imposé de l’extérieur ne facilite pas une prise de décision informée. Les étudiants peuvent se retirer de tous les frais ayant une clause d’exemption sans jamais avoir a rencontrer les groupes dont ils/elles se désinvestissent. Peu importe combien de sensibilisation et de publicité GRIP et les autres groupes ayant une clause d’exemption peuvent faire, il est très difficile de garantir que le étudiants soient pleinement informés avant de retirer leurs contributions. Si les élèves ont la chance de parler à des représentants des organisations concernées, ils peuvent prendre des décisions conscientes et informées au sujet de leurs frais de scolarité; c’est le genre de conversations que nous voulons prenne place sur notre campus.

Depuis que McGill a imposée aux groupes étudiants un système d’exemption des frais en ligne, le nombre d’étudiants se retirant de ces frais a augmenté de manière significative et ce pour tous les groupes qui prélèvent des frais étudiants et ayant une clause d’exemption. De plus, la marge de différence entre les taux d’exemption reste similaire (0,5 à 1,5%) entre le GRIP, CKUT, les services de référence (Nightline, Queer McGill, Union for Gender Empowerment) et Midnight Kitfchen, indiquant que les étudiants se retirent en masse de tous les services à frais. Le GRIP continue à croire fermement que les étudiants sont en mesure de décider où va leur argent; nous voulons simplement que ces décisions soient informés.

Cette mesure ébranle la démocratie étudiante: les étudiants ont toujours voté en faveur de l’existence du GRIP, que ce soit par les référendums d’existence (hiver 2007), un référendum pour que les groupes qui prélèvent des frais reprennent contrôle sur les demandes d’exemption (hiver 2008), un motion lors de l’AG pour que les groupes qui prélèvent des frais reprennent contrôle sur les demandes d’exemption (automne 2007), et un référendum pour l’augmentation des frais prélèves par le GRIP (hiver 2009). L’Administration McGill a de  façon répétitive ignoré le vote des étudiants; le GRIP s’est engagé à donner suite à des demandes d’étudiants de voir le système d’exemption des frais retourner sous le contrôle des étudiant.

De plus, le système d’exemption des frais en ligne sur Minerva, rend la tâche du GRIP difficile et interrompt le travail que le corps de l’étudiant lui a donné comme mandat. Principalement, ceci est la cause d’une campagne non réglementée d’exemption des frais qui se produit à chaque semestre. Cette campagne a utilisé toutes sortes de tactiques pour convaincre les étudiants de se retirer de nos frais, que ce soit diffuser de fausses informations sur notre organisation ou banaliser notre travail en encourageant les étudiants à acheter une bière et de la pizza avec les frais qui nous seraient destinés. Ce type de campagne, qui ne réponds d’aucune organisation étudiante ou d’étudiants en particulier, a de graves conséquences pour une organisation telle que le GRIP, et a bénéficié du système d’exemption en ligne, sans frein ni contrepoids. Essentiellement, ceci signifie que le GRIP est contraints à faire campagne pour son existence lors de chaque semestre scolaire, sans règles pour réglementer les activités de la campagne d’exemption des frais. [/ EXPANSION] [EXPANSION Quel est l’impact financier du système d’exemption en ligne, sur Minerva?]

Le GRIP ne peut plus compter sur un revenu stable avec lequel réaliser son mandat– celui de continuer à soutenir les événements et projets étudiants et de travailler pour l’égalité sociale. Avec le système d’exemption de frais en ligne imposé de l’extérieur, nous n’avons aucun moyen de prédire notre budget (le nombre des exemptions varie considérablement d’année en année), ce qui rend très difficile de planifier les activités de l’année et continuer tout le travail important que nous faisons sur le campus McGill et dans la communauté. [/ EXPANSION] [Expand Je n’utilise jamais les services fournis par le GRIP, alors pourquoi devrais-je participer en son financement?]

Les étudiants de McGill ont indiqué au cours des dernières années qu’ils apprécient une communauté universitaire diversifiée et vivante. Les étudiants reconnaissent que l’éducation est plus que ce qu’ils apprennent en classe – ce sont les gens qu’elles rencontrent et les expériences qu’elles ont. De Rad Frosh à Social Justice Days, en passant par nos groupes de travail, le GRIP est un élément essentiel de l’expérience de campus pour un grand nombre d’étudiants — et pour les gens de Montréal. En tant que membre de la communauté étudiante même si vous ne prévoyez pas personnellement utiliser un service, vous pouvez tout de même croire que d’autres étudiants aient le droit de le faire. C’est comme un service financé par l’État, tels que les soins de santé -. il se peut que vous n’en ayez pas besoin ou que vous ne l’utilisez pas très souvent, mais vous ne sauriez pas refuser le droit d’accès à ceux qui l’utilisent. [/ EXPANSION]